Popularité de cet article

43%
Cet article a une popularité absolue égale à 1 sur 3, soit 43 %. Au total, ce site a environ 190 visites par jour.

Visiteurs de 2019 à Kélilalina

samedi 29 juin 2019
par  presBLAN2qx
popularité : 43%

Cette année l’association Tsinjo Aina a reçu à Kélilalina des stagiaires de :

  • la faculté de Lille (Licence finances)
  • l’INSA Strasbourg (architectes et ingénieurs)

Ces jeunes ont collecté des financements avant de partir, ont organisé dans leurs régions des soirées, repas, tournois sportifs, ont confectionné des pâtisseries et autres pour mener leurs actions d’amélioration des infrastructures du centre de formation agricole de Kélilalina.

Outre ces dons matériels, tous ces jeunes ont partagé leurs cultures, des danses,des chansons,des rires et parfois des pleurs en partant.
Le passage de ces visiteurs, comme celui les scouts qui se sont succédé pendant trois ans, laisse des souvenirs inoubliables à tous et à peine partis certains font des projets futurs pour y revenir, après leurs études, tant l’accueil est chaleureux à Kélilalina malgré les conditions de vie difficiles mais qui s’améliorent chaque année .

MERCI A TOUS POUR LEUR SOUTIEN ET LEUR PARTICIPATION


 Faculté de finances de Lille

Trois jeunes de Lille : François, Quentin et Théophile

Ils ont acheté beaucoup de matériel : des grosses batteries pour alimenter les panneaux solaires du centre, de la vaisselle, des pneus et enveloppes pour vélos.

Voyant que les volets en bois souffraient sans peinture ni aucune protection, ils ont acheté de la peinture verte et les ont repeints. Le résultat s’harmonise avec la couleur de la terre rouge du sol et le vert rappelle les cultures de contre saison et l’espoir que la population du district sorte de l’extrême pauvreté....

Le président de l’association THL qui finance le centre de formation contemple cette belle façade le 1/5/2019, jour de la remise des diplômes aux élèves de la 4° promotion.

Les murs du réfectoire et des salles de classe étaient sales et ils les ont repeints également.

Ils voulaient refaire la cuisine, noircie par les fumées car pas de hotte et dont trois foyers sur cinq étaient endommagés car non construits en briques réfractaires mais ont manqué de temps et peut être aussi de technicité..... Avec un peu de chance d’autres prendraient le relais ..... et ils ne se sont pas trompés, comme vous le verrez plus loin.

Ils ont aussi informatisé une partie de la gestion du centre et ont fait un tableur permettant d’enregistrer certains indicateurs pour la vulgarisation agricole au niveau de chaque famille, avec des regroupements automatiques par groupement puis par village.
Ainsi le chef de projet aura des données à la fois individuelles et synthétiques lui permettant d’avoir une bonne visibilité des évolutions, des difficultés, etc. Des actions correctives pourront être rapidement mises en place.

Et François a été invité par le club de foot d’Ambatolampy pour participer à un match de finale que l’équipe a gagné.


Le récit de leur séjour est sur la page facebook de leur association, A Green Fruture


Merci à vous trois et félicitations pour ce travail, cette générosité et aussi pour vos réussites à la faculté de Lille.


 INSA de Strasbourg

Cinq jeunes de l’INSA Strasbourg

Seule Emma avait une convention de stage et devait, en tant que futur architecte, construire et manager une équipe de maçons locaux. Mais elle est venue accompagnée de quatre amis de l’INSA, futurs architectes ou ingénieurs en génie civil.

Comme avant de partir, j’avais suggéré à Benja d’acheter une pompe immergée pour puiser l’eau (il faut dire que chaque jour entre 600 et 800 litres d’eau était sortie par seau , avec une corde, du puits central et que j’ai eu du mal à supporter cette fatigue), le chef de projet leur a demandé de construire un château d’eau qui supporterait une grosse cuve et c’est ce qu’ils ont fait, creusant les fondations, bâtissant, faisant des échafaudages locaux aux normes de sécurité .... mais l’inspecteur du travail français n’est pas passé.....

Puis la cuve et la pompe arrivent depuis Antananarivo, amenée par Benja Andriamanalina.

Et enfin tout est installé mais il faut attendre que le béton sèche avant de remplir la cuve qui contiendra 1000 litres.
En attendant, l’eau est déversée dans la citerne et facilite le travail du personnel du centre qui a tant à faire avec la vulgarisation agricole dans 18 villages très dispersés.

Puis ils ont refait la cuisine avec les foyers économiseurs de charbon en briques réfractaires , une hotte pour évacuer les fumées, du carrelage mural et des plans de travail également carrelés. Une vraie cuisine aménagée....


Les travaux ont été financés en partie par la Mairie de Strasbourg qui a accordé une subvention de 1 000 euros « en appui à la mission de six étudiants de l’INSA de Strasbourg pour l’extension du centre de formation agricole de Kélilalina » .
Nous remercions Monsieur le Maire et le Conseil municipal pour cet octroi de subvention.


En revenant, Ces jeunes ont publié sur leur page Facebook cet article

"Retour de mission
Début juillet déjà...le temps passe vite et nous voilà de retour après un mois sur les terres malgaches. Nous atterrissons à Paris le cœur serré, mais surtout heureux d’avoir vécu cette incroyable expérience.

L’ ARRIVÉE AU CENTRE

Nous sommes arrivés à Tana (Antananarivo) dimanche 10 juin 2019. Après une courte nuit dans la capitale, un taxi nous conduit à Kelillalina.
3h de route et 40 minutes de piste à travers de nombreux villages nous séparent du Centre de Formation agricole. Nous arrivons le lundi soir et nous sommes chaleureusement accueillis par Benja (le chef de projet) et Nadya (la directrice du centre et coordinatrice de projet).
Rapidement, on fait la rencontre de Frère Félicien et Frère Bosco qui sont en formation sur le Centre ; de Charline, responsable des cultures et de l’élevage ; ainsi que de Juliette et Lala qui aident à la vie sur le Centre.
Il nous faut seulement quelques jours pour prendre nos marques. La bienveillance et l’altruisme des membres du Centre a fait qu’on s’est senti « comme à la maison ».

PROJET DE CONSTRUCTION

Initialement, nous sommes venus pour participer à l’extension du Centre agricole : confection des gardes corps et construction de bureaux.
Mais la première réunion passe, et Benja nous indique que la priorité est de construire un château d’eau et pour cause : chaque jour, les filles doivent tirer entre 300 et 400 litres d’eau hors du puits pour alimenter les cultures, abreuver les animaux de la ferme, faire les lessives, la toilette et la cuisine. Croyez nous ou non, c’est épuisant et douloureux.
Sur le coup de ce changement de programme, quelques doutes émanent. On a beau être en formation ingénieurs, mais aucun de nous ne sait fabriquer un château d’eau ! Malgré cela, difficile de se décourager grâce à la force de volonté de Benja.

Ici à Madagascar, pas de bureau d’étude, pas d’ingénieurs ni d’architectes, pour concevoir le château d’eau on dessine un plan approximatif, on fixe les dimensions, on rassemble la liste de matériel et des matériaux et on se lance !
Finalement, après 3 semaines de travail intense en collaboration avec l’équipe de maçon issus des villages alentours (et leur rhum local nous venons à bout du château d’eau. Sur les photos, on peut voir que la cuve de 1m3 a été posée sur la dalle béton : c’est plus de 7 m qui sépare cette cuve du sol !

Dans les prochaines semaines, la cuve sera raccordée au puits et à la pompe, les tuyaux seront installés et ralliés à la douche ainsi qu’à la cuisine. Tous ces travaux permettront à l’équipe du centre d’avoir accès à l’eau courante.

Nous tenons à remercier l’ensemble de l’équipe du Centre agricole : Benja, Nadya, Félicien, Bosco, Lala, Charline et Juliette. Nous remercions également l’association française Amitié France Madagascar et tout particulièrement Chantal sans qui cette mission n’aurait pas été possible. Un dernier remerciement à l’Association malgache Tsinjo Aina pour laquelle nous avons travaillé sur place.

Pour ne pas vous assaillir d’informations, nous reviendrons en détails sur certains points clés de notre mission dans les semaines à venir.
L’équipe Kélilal’INSA"


Merci à Emma et ses amis pour tout ce travail réalisé en si peu de temps.


Pour comparer, voici Kélilalina en :

  • 2014 sans aucun bâtiment,
  • en 2015 avec le bâtiment de la ferme (qui comprenait une cuisine, une pièce servant de bureau, chambre au chef de projet qui logeait la semaine à Kélilalina pour mettre en place la plantation de géranium bourbon et qui est maintenant le poulailler)
  • en juillet 2019

Visiteurs de 2019 à Kélilalina

-- Notez cet article en lui attribuant des étoiles

2 votes



Portfolio

JPEG - 91 ko JPEG - 70.9 ko JPEG - 94.1 ko JPEG - 93.1 ko

Commentaires

Logo de presBLAN2qx
samedi 27 juillet 2019 à 13h01 - par  presBLAN2qx

Bonjour . Merci pour votre message.Ce site a été choisi car le diocèse a mis à la disposition de l’association locale partenaire avec laquelle nous œuvrons 35 hectares gratuitement. Sur ce site, il y a de grands jardins potagers, rizières, des élevages volailles et porcs et un centre de formation agricole mais ni eau potable ni électricité.
Des panneaux solaires ont été mis en place et des puits creusés pour alimenter les jardins, cuisine, élevages divers ; l’eau était puisée manuellement chaque jour au fur et à mesure des besoins et ce château d’eau a été construit . L’eau est amenée à la cuve par pompe mécanique depuis le puits qui est à coté et dessert ainsi cuisine, sanitaires et élevages .
N’étant pas technicienne, je ne peux dire pourquoi cette hauteur mais certainement pour amener l’eau aux différents endroits.....Des futurs ingénieurs Travaux publics et architectes de Strasbourg l’ont conçu avec l’ingénieur agronome, chef de projet .
Cordialement . Chantal

Logo de morisseau
samedi 27 juillet 2019 à 12h36 - par  morisseau

Bonjour,

Magnifique projet de partenariat, et d’entraide au développement.

Pourquoi cet endroit a t’il été choisis ? Pourquoi avoir placé cette cuve aussi haut ? Il n’y a pas de puits ?

Mais questions vont peut être vous ennuyez, désolé !

Bien cordialement.

Christophe



Amitié France Madagascar sur les réseaux sociaux